vendredi 21 avril 2017

La vie aquatique

Et une nouvelle cloche, une!

Je ne sais pas comment le nouveau thème a émergé, peut-être le soleil persistant de ces derniers jours (soleil=bains de mer, c'est comme ça!)

Quand j'étais petite nous allions souvent en Bretagne. J'en ai gardé un amour de la mer, même froide, même par temps gris.
Malgré une incompétence marquée pour la natation, je n'ai jamais hésité à me confronter aux vagues.

Enfant je m'entrainai à l'apnée dans la baignoire familiale (quitte à ne pas nager, autant survivre le plus longtemps possible sous l'eau...) et j'ai abusé des sachets d'algues de bain que ma mère achetait  (mmm! la belle eau verdâtre!).

Plus tard ce fût la découverte de la Corse (oh, comme ça l'eau peut être chaude?).

Tout ça pour dire que les flots et moi c'est une vieille histoire d'amour.

Si je mixe une cloche et les fonds sous-marins, on obtient... ça:

Un fond sableux, une eau claire et plein d'habitants!

Comme la cloche n'est pas pratique-pratique pour prendre des photos, ôtons-la:

Oups! Le poisson rouge a disparu!
 


Vous noterez au passage la grande bio-diversité qui règne ici: coraux, algues diverses, anémones...
Il y a même un petit poisson bleu planqué derrière une algue.

Cette fois-ci le drone est inutile, toutes les photos sont prises depuis mon bathyscaphe...


En vue plongeante, on note le déplacement prudent du crabe (il se méfie de tout bol de mayonnaise) tandis que la pieuvre l'ignore.


Pour vous donner une idée de la taille de l'ensemble, la traditionnelle photo avec monnaie intégrée:


La cloche fait 17cm de diamètre pour 20cm de haut, le poisson rouge fait 6cm de long autant dire que c'est un véritable concentré d'oligo-éléments.

Ces hauts fonds sont disponible dès maintenant à la boutique en échange de 65€, pour ce prix vous pouvez même demander un emballage cadeau (par contre par correspondance les frais de port sont en sus)

 Il fait beau ici, j'espère qu'il en est de même pour vous: un vrai temps de vote!

ps: merci à Wes Anderson pour le titre!


A+

jeudi 13 avril 2017

Ma pastorale


Non, je ne me prends pas pour Beethoven, foin de symphonie ici ma pastorale est textile, laineuse même.

Encore dans ma lubie des cloches (et l'on n'évoque pas Pâques pour autant) je me suis mise à concocter un paysage champêtre proche de ce qui m'entoure.

J'espère que cela vous donnera l'envie de visiter ma douce campagne, bien trop méconnue à mon avis...

Venons-en au sujet:


J'ai utilisé ma plus grande cloche qui fait une vingtaine de centimètres de diamètre.
Comme vous pouvez le constater, on peut y caser un pré, son arbre, un petit plan d'eau et ses habitants.

Pour une meilleure vision je vous ai fait quelques clichés sans la cloche:


Au passage vous pouvez admirer la biodiversité de ma campagne (pissenlits, pâquerettes, nénuphars et autres)



Bon, je ne vous cacherais pas que je ne connais pas l'essence de l'arbre ombrant la parcelle... c'est peut-être une variété endémique à la Nièvre, voire aux contre-forts du Morvan!

 
Une vue depuis mon drone (oui, la maison a les moyens!):


Ainsi on peut mieux géolocaliser le mouton...


Pour avoir une idée de la dimension de la chose je vous ai mis une piécette devant  la bestiole:


Voilà, à partir de maintenant mon morceau de Nièvre est disponible à la boutique pour 95€, par correspondance les frais de port sont en sus mais pas le paquet cadeau qui peut être fait sur simple demande.

Les chûtes de chocolat approchent, la température baisse: on reste dans la logique de Pâques!

Passez une bonne fin de semaine.

A+

jeudi 6 avril 2017

400m de bonheur

Lors de mon pèlerinage annuel à l'Aiguille en fête je m'étais octroyé un petit craquage laineux.
C'est sur le stand de Lil weasel que j'ai trouvé mon précieux: un écheveau Hedgehog d'un coloris salivant (Fool's gold, tout un programme)

Aparté non sponsorisé:
Si vous passez par Paris, faites un tour chez Lil Weasel.
C'est un petit paradis sur terre peuplé de charmantes personnes connaissant trrrès bien leur métier.

Revenons à mon écheveau, un fil à chaussettes faisant 400m pour 100g. Une taille de fil que j'apprécie, on peut faire plein de choses avec en dehors des chaussettes (châle, pull et tout le toutim)
Concernant la couleur, c'est un fil peint (les teintes sont appliquées à la main) principalement jaune vibrant avec des splash multicolores parfaitement bien dosés.

Comme j'avais dans mes archives un patron de châle (déjà fait pour Sista) qui entrait dans les contraintes de mon fil, le choix était simplissime.

Le châle en question est plutôt une écharpe triangulaire, il s’agit du Summer sprigs lace scarf, un patron gratuit disponible ici.

Aucune difficulté particulière à signaler, il est plus impressionnant que compliqué à faire et le patron ne comporte pas d'erreur (bon ça aurait été mieux si on avait les explications des bouts de rangs et du centre, mais on ne peut pas en demander trop: gratuit vous dis-je!)

Comme le mien fait environ 2.15m de long, il n'est pas évident à faire entrer dans le cadre, mais le voici:

tu la sens l'influence van goghienne?
L'auteure avait bien prévenu: il lui a fallut 400m de fil mais il ne lui en restait que 20cm à la fin de l'ouvrage...
Oui ben moi il me manquait de quoi faire deux rangs.
Les deux plus importants en plus: ceux de la bordure!!!

Pas de panique, j'avais dans mes stocks une pelote de coton d'un jaune se fondant dans celui de la laine.
J'ai donc fait les deux avant-derniers rangs en coton pour finir par la laine.

Malgré le changement de fibre, il faut vraiment un œil de lynx pour le remarquer:



Après ce petit bidouillage il me reste une micro pelote:


Elle va sûrement finir dans un détail de personnage celle-là!

Conclusion:
Ce patron est toujours aussi bien, même s'il est toujours un rien démoralisant de commencer un ouvrage par la partie la plus large (dans un deuxième temps on peut apprécier d'aller de plus en plus vite par la grâce des diminutions...)
Je raffole du rendu de la laine.
Elle était splendide en écheveau, elle est à tomber une fois travaillée: elle me fait penser à un champ de pensées!

Et voilà, j'ai mon châle de printemps!


A+

mercredi 5 avril 2017

Royal

Tout est parti d'un rideau.
Un vieux rideau, si vieux que l'on peut dire qu'il est ancien.
Des fleurs de lys majestueuses me donnent des envies d'ancien régime (avant l'été ça s'impose, bikini ready?)

Un passage au lave-linge plus tard il ne me restait plus qu'à mettre en forme ce vénérable textile.

J'ai un (petit) stock de visages de poupées qui ne demande qu'à entrer en scène: va pour le visage!


De la dentelle, des perles (anciennes), des cheveux au crochet, une couronne... tiens elle à un faux air d'Elizabeth, la Tudor, la reine vierge fille de Barbe bleue!

Ça tombe bien, j'ai un faible pour cette période de l'histoire anglaise.

Je vous le concède, les fleurs de lys ne sont pas raccord avec l'Angleterre. Mais nous parlons de poupée de chiffon, de sac (Je ne l'avais pas dit? Oui c'est un sac) donc foin d'exactitude historique!

Après avoir fixé tout ce petit monde, je passe à la couture afin d'obtenir une grosse besace:


Sur le bord du rabat, une frise de broderie début XXème appliquée à petits points.
La bandoulière est faite avec un gros ruban costaud.
Dans un coin on aperçoit une petite couronne (le coin c'est celui de la poche extérieure) elle répond à un papillon noir sur l'autre côté.

Pour la doublure, j'ai choisi un tissus rouille:


A l'intérieur il y a une poche à deux compartiment (pas photographiée, c'est un point de vue abscons en photo)

Bon ben voilà une sacoche de baroudeuse royale!


Côté dimensions, il fait 30x45cm (soit de quoi trimballer le strict minimum pour une altesse), la bandoulière quant à elle permet de porter ce sac aussi bien sur l'épaule qu'en travers du buste.
La classe à Dallas quoi! (aucun nom de ville anglaise ne me vient pour la rime, la loose)

Côté tarif, il est disponible à la boutique pour 75€ (par correspondance les frais de port sont en sus)

Le printemps s'installe gentiment, je vais voir Juliette en concert: tout va décidément bien!

ps: un grand merci à Dominique-qui-se-reconnaitra pour l'aide logistique...je te revaudrais ça!


A+

vendredi 31 mars 2017

Done!

Wouah! Deux articles dans le même mois, je risque la foulure de cerveau!!!

Reprenons notre sérieux, je viens de finir mon sac.
Oui oui, j'ai, dans un temps record, choisi et posé la doublure ET ajouté les dernières fleurs.

Petite revue de détails donc.

La doublure:


Une toile de Jouy bordeaux/crême et deux poches (dont une à compartiment).
Le tout peut se fermer avec un zip.

Les fleurs:


Je pourrais vous faire jouer au jeu des sept erreurs mais c'est pas le genre de la maison de faire languir son lectorat.
J'ai donc ajouté: Une fleur et ses feuilles, une branchouille façon pâquerette dans un coin ainsi qu'une tirette fleurie pour attraper le zip.

La vue d'ensemble:

Voilà voilà!!!
Les anses sont assez grandes pour se poser sur l'épaule mais pas trop (pour être tenu à la main sans trainer au sol). Côté taille, on peut sans problème y glisser un format A4 (type dossier de working girl ou dessin de n'enfant créatif...)

Dès à présent il est disponible à la boutique, avec ou sans paquet cadeau (c'est vous qui voyez) au prix de 65€.

Malgré un levé de soleil admirable ce matin, le printemps est moins estival aujourd'hui (hein?)...

Passez un bon week-end

A+

mercredi 29 mars 2017

Apprendre des maitres

Lors d'une de mes expéditions parisiennes, sur les conseils (toujours avisés) de Sista, j'étais passée chez un soldeur près de son domicile.

Malgré la laideur des locaux (un entrepôt lambda dans une zone commerciale banale, des bacs vaguement rangés, le tout éclairé par des tubes fluo qui te donnent l'air de sortir de chimio...le pied quoi!) on y trouve quantité de choses à des prix imbattables.
J'y ai trouvé par exemple un sac de pelotes DMC depuis transformées en gilet que je pourrai vous montrer, mais là n'est pas le sujet.
Sista avait repéré un livre qui risquait de me plaire...tu m'étonnes!!!


Que je vous explique:
L'auteur, Léa Stansal, est une extraterrestre dans le monde de la broderie.
Elle crée un monde unique par le biais d'ouvrages que l'on reconnait entre mille.
Chacun de ses livres est un voyage onirique, poétique et enthousiasmant.
Entre les photos, elle dépose des bouts d'histoires, des conseils et les instructions pour réaliser des ouvrages:


 Pour tout vous dire, elle avait un stand à l'Aiguille en fête... j'ai résisté vaillamment (bien aidée en cela par mon porte-monnaie en pur hérisson)

Toujours est-il que l'un de ses livres se trouvait dans l'entrepôt moche et que maintenant il habite dans mon atelier bordélique: joie, paillettes et rubans!!!

Après ce prologue laborieux passons à ce que j'en ai fait.
Je m'étais attaquée à un sac au crochet, un projet à priori sympathique (nonobstant le fil raide qui m'a tué les mains) avec des nopes, des torsades toussa toussa...
Arrivée à la pose de la doublure, Môma l'a trouvé automnal (damned à l'orée du printemps!) moi je le trouvais fade, tristouille, un rien banal quoi:



C'est à ce moment que la grande Léa est arrivée à la rescousse: embellissons nomdidiou!

Je me lance donc dans la confection de fleurs, feuilles et baies stansaliennes:



Vu en entier:


Je pense en ajouter encore quelques unes...

Du coup je n'ai toujours pas posé la doublure, ça va venir... dès que j'aurai choisi le bon tissus...

Il n'est toujours pas printanier mon sac, mais il est délirant (dixit Môma)

Pour les petits détails techniques, la base du sac est un patron de Dora Ohrenstein (le Cosmopolite bag) sur lequel j'ai ajouté des torsades, le tout en fil laine et coton (sans nom de chez Noz) et Amande de Cheval blanc crocheté en 3mm, les décos sont faites en cotons crocheté en 1.5mm.

Il fait beau, j'entends les oiseaux par la porte (ouverte!) de l'atelier, je mets mes lunettes et repars dans les fleurs...

A+

jeudi 9 mars 2017

Exercice de style

Profitons-en, un pâle soleil de (presque) printemps a décidé d'illuminer un court instant mon jardinet: it's photo time!

En décembre j'étais tombée sur un arrivage de pelotes Lana Stop chez mon déstockeur préféré (Noz pour ne pas le nommer), 100g de fil pour moins d'un euro ça ne se rate pas.
Bon, l'envers de la médaille c'est qu'il n'y avait que deux couleurs: un vert bizarre un peu jaunâtre (type moutarde avariée) et un bordeaux framboisé.
Soyons précise, il n'y avait qu'une pelote de bordeaux pour tout un bac de vert...

Peu importe, les deux vont bien ensemble et à ce prix on ne fait pas la fine bouche, je prends deux moutardes et l'unique bordeaux.

J'en ai profité pour tenter une forme de châle que d'habitude on ne voit qu'au tricot (Stephen West est un spécialiste) soit un triangle asymétrique de point mousse.
Le jeu était d'exploiter au maximum le bordeaux, le vert bizarre ne servant qu'à le mettre en valeur (à deux contre un on est pas rendu).

C'est donc parti pour de la rayure!

Vu le rendement de ce fil j'ai pu en tirer deux châles différents mais cousins:


Le principe de construction est passablement simple: des rangs raccourcis, des mailles serrées et le tour est joué!

Une fois roulé autour du cou, on obtient ça:


Ici, la forme est donnée en faisant des rangs raccourcis de mailles serrées, demi-brides et brides (ce qui donne un rang triangulaire) et en décalant le bloc de rangs suivant jusqu'à obtenir...un châle!

ou ça:


Le relief est obtenu en faisant les mailles sur la boucle arrière de la maille support (back loop sc en VO)
Je suis partie du centre en augmentant régulièrement l’extrémité pour obtenir cette grande pointe, une fois fait il suffit de faire l'autre côté en miroir.

Depuis que je les ai finis j'ai pu les tester: lavage OK, portage OK!
Pinaise, j'arrive même à les assortir à mes vêtements! (je me demande si je ne dois pas revoir mes choix vestimentaires...)

Depuis ces deux châles beaucoup de fil a passé sur mon crochet, mais ça c'est une autre histoire...

A+


mardi 28 février 2017

Morceau de nature

Dans mes tableaux Pinterest j'avais épinglé un tuto russe...
Un vrai tuto hein, pas un scan pirate d'un bouquin japonais ou autre (chose bien trop fréquente dans la blogo russe).
Malgré l'absence de traduction (et mon incompétence notoire en russophonie) je pouvais en déduire qu'il s'agissait d'un pique-épingles.
Côté pique-épingles je suis équipée mais c'était trop mignon (et trop intelligent de construction) pour que je ne m'y attelle pas!

De plus, il se trouve que j'ai fait l'acquisition d'une petite cloche en verre pendant mes vacances (vu le prix j'aurai dût en acheter une palette mais mon banquier m'aurait fait les gros yeux, alors...)

L'addition cloche/pique-épingles donne: Un jardin d'intérieur pour nulle en arrosage!!!


C'est sur une petite butte moussue que se prélasse un escargot, entre champignons et fleurettes.

Sorti de sa cage de verre, on voit mieux les détails:




Hormis la butte, tout est réalisé avec un crochet de 1mm et du fil de coton.
La coquille de l'escargot est faite avec un peloton de laine peinte (coloris Monet de chez Hedgehog, un reste de chaussettes)

Si vous voulez vous y coller, le tuto est disponible là. C'est en cyrillique mais on peut déduire pas mal d'infos avec les photos.

A part ça, je devais vous parler de ma visite à l'Aiguille en fête mais ça commence à faire réchauffé, non?

Malgré la pluie moche (pléonasme) je vous souhaite une bonne journée!

A+

mardi 31 janvier 2017

Fais le toi-même, la roulotte final part!

Déjà (enfin?) le dernier épisode de ma recette de roulotte (les premiers chapitres sont et ).

Nous nous étions arrêtés avec une roulotte assemblée mais un peu nue.

Dernier élément (de sécurité!) de la structure: la rambarde de l'avancée.

Je fais une armature en fil de cuivre (un bout de fil électrique dénudé)  avec une extrémité tortillée en escargot:


Après l'avoir piquée au travers de l'avancée, l'escargot en dessous et en écartant le crochet, je plie le bâtonnet dépassant et le fiche dans la façade de la roulotte.

Le cuivre étant en place il ne reste plus qu'à le recouvrir d'une bande de mailles serrées que je couds autour en l'arrimant à la façade puis au sol de l'avancée:


 Maintenant, on peux passer à la décoration!

Pour ce faire, je prend un petit crochet (1mm) et je sors ma collection de fils de coton:


Tout y passe: DMC, Cartier-Besson, Puppet et les autres...
Ce stock est constitué au fil du temps, j'en achète dès que j'en trouve à des prix défiants toute concurrence (soldes, brocantes...) sans me poser de question sur les couleurs (je me dis que j'en aurais toujours l'usage, ce qui est le cas!)
Pour me simplifier la tâche, je me plonge aussi dans mes archives de modèles.
Mon préféré depuis plusieurs années:


Il est en anglais mais on le trouve maintenant traduit en français.
Pour les tricoteuses il y a de joli patrons aussi!

Il n'y a plus qu'à faire une brassée de fleurettes de toutes les couleurs:


Dans le même temps je fais des guirlandes de feuilles toutes simples:
[10 mailles chainette, 1 maille coulée dans la deuxième maille en partant du crochet, une demi-bride, une maille serrée, une maille coulée autour de la chainette] je répète autant de fois que nécessaire cette séquence et garde une bonne longueur de fil pour la fixation:


J'épingle en place mes motifs et fixe le tout à points cachés. Pour cette opération j'utilise une petite aiguille courbe, presque indispensable pour coudre sur un plan rigide.

Une fois l'extérieur décoré, vous pouvez faire des accessoires pour l'intérieur.
J'ai trouvé chez un soldeur un bouquin parfait pour pleins de projets:


 C'est une mine pour faire des tapis, plaids ou autre!


Dans ce domaine, c'est votre inspiration qui décide.
Pour ma part, j'ai fais une étagère avec un vase de fleurs, un plaid (et son coussin) une suspension à plante et une habitante:


Pour mes précédentes roulottes j'avais fabriqué une table et une chaise: à vous de voir!


Vue d'un peu plus loin la roulotte ressemble à ça:



De face:



Et de dos!


Voilà, je pense avoir fais le tour du sujet.
J'espère avoir été suffisamment compréhensible, ne vous laissez pas impressionner: il n'y a rien de vraiment compliqué, juste une succession de petites étapes simples mais nombreuses!

Par ailleurs, si vous passez à l'acte, je serai ravie de voir vos petites merveilles!!!

D'ici là je vais faire un tour à l'Aiguille en fête, je vous en parlerais sûrement à mon retour...

A+

vendredi 27 janvier 2017

Fais le toi-même, la roulotte part 2

Reprenons là où nous nous étions interrompus:

Vous voici propriétaire de six morceaux de carton joyeusement colorés, qu'en faire?
Ben les assembler pardi!

La chose s'effectue au moyen de points de surjet le long des arêtes de chaque pan de mur:


 L'ordre d'assemblage que j'utilise est le suivant:

-le pignon arrière après la base
-un côté après le pignon, puis la base
-le second côté après le pignon, puis la base
-la façade (aka le pignon avant) après les côtés, puis la base

Logiquement, on obtient un truc dans ce genre:


Il manque quelque chose, non?

Les roues!!!

Elles se font avec les ronds de carton découpé hier (ou les gros boutons)
On crochète un disque de dimension adaptée au support avec du fil gris.
Arrivé au bord, un fait un rang de mailles sur la boucle arrière du rang précédent (in english: back loop)
On dépose le disque de carton (ou le bouton) sur la face arrière du crochet puis on continue de crocheter en diminuant à chaque rang de façon à refermer le tout (avec le carton à l'intérieur).
Laisser une bonne longueur de fil pour la fixation finale de la roue.

Les pneus sont faits avec un fil noir, en repiquant les mailles dans la boucle libre du rang au bord de la roue.
On augmente d'une séquence de maille au premier rang, un rang de plus sans augmentation puis un dernier rang avec diminutions.
On coupe son fil en gardant une bonne longueur pour coudre le bord libre du pneu sur la base grise (à l'arrière).


Si cela vous paraît un rien abscons je vous résume avec mon nombre de mailles:
En gris
r1: sur une boucle magique faire 6 mailles serrées
r2: 12 ms
r3: 18ms
r4: 24ms
r5: 24ms sur le brin arrière
r6: 18ms
r7: 12ms
r8: 6ms

En noir, sur le fil libre du rang 5
r1: 30ms
r2: 30ms
r3: 24ms

Il ne reste plus qu'à fixer les roues sur les flancs de la cabane qui devient ainsi une roulotte:


Pour ce faire quelques points discrets à l'arrière de la roue avec le reste de fil gris et le tour est joué!

A quelques détails près, la roulotte est achevée.
Nous verrons les ultimes touches dans le prochain épisode...

ps: Les plus attentifs auront remarqué que la façade a changé de couleur entre les deux billets, que vous explique:
Hier soir, après avoir posté mon billet, j'ai réalisé que la porte avait plus les dimensions d'une chatière que d'une porte. Même si je ne cherche pas une véracité pointilleuse, je trouvais que cela nuisait à ma roulotte.
J'ai donc décidé d'arranger la chose...en m'y prenant comme une gourdasse!
Il fallut donc refaire la façade, mais je n'avais plus assez de fil turquoise...gniii...d'où le changement de couleur.
Dans la foulée j'en ai profité pour ajouter des moulures à la porte avec un reste du fameux fil turquoise.
Tout ça pour dire que rien n'est jamais grave (faire ou défaire c'est toujours travailler disait ma grand-mère) c'est juste du crochet, have fun!!!

Suite et fin au prochain épisode
A+

jeudi 26 janvier 2017

Fais le toi-même, la roulotte part 1

Comme promis voici le tuto de ma roulotte!

Je ne vous donne que le principe de base, le reste n'est que détails et dépend de vos gouts, envies, doigts!

Vous y êtes?

Ingrédients:
-carton
-cutter et règle
-fil (taille, couleurs, matières de votre choix) des fins de pelotes conviennent tout à fait
-crochet (adapté aux fils choisis)
-aiguille à laine
-4 gros boutons ou 4 disques de carton (taille roue)
-inspiration
-doigts en ordre de marche

Réalisation:

On commence par faire une armature.
Elle est en carton assez épais.

Ici j'ai récupéré une boite mais pour les précédentes roulottes j'avais utilisé du carton pour encadrement.
Il en existe deux types:
-Le carton gris, très résistant (donc difficile à couper)
-Le carton bois, plus léger, plus facile à couper et de couleur crème (il risque de se voir en transparence)

A vous de voir lequel vous préférez...

Pour la découpe, j'ai un massicot (trop pratique) mais un cutter et une bonne règle font l'affaire (et les muscles!)


Il vous faut: 1 sol, 2 côtés, 2 pignons, 2 pentes de toit

Ne pas oublier d'ouvrir deux fenêtres et une porte.

Je ne vous donne aucunes dimensions parce qu'elles dépendent de l'usage de votre roulotte, soit elle est juste décorative soit elle s'adapte à des personnages (Playmobil, Sylvanian family, Polly Pocket...que sais-je!)

Pour info le sol est la partie la plus longue (il y a la place pour une petite avancée) et le toit fait la même longueur que la base.

Maintenant qu'on a la base, on range son cutter et on passe au fil!

Le recouvrement
Le principe c'est de recouvrir intégralement les parties en carton de mailles:


A vous de choisir dans quel sens vous allez, suivant le décor que vous voulez: rayures verticales, horizontales, juste bicolore...

On part d'une chainette de base et on crochète en mailles serrées (comme ici) ou en brides (si on veut aller plus vite).
Arrivé à la fenêtre, on continue de la largeur du morceau concerné jusqu'au bout de l'ouverture.
Les mailles laissées en attente sont travaillées en laissant juste de côté le bord de la fenêtre.
Après un nombre de rangs identique à celui du premier côté, on raccroche les deux bandes de crochet soit avec une chaînette, soit avec des fsc (foundation single crochet, je ne crois pas qu'il existe de traduction officielle du terme) et on continue gentiment jusqu'au bout du panneau!

note: le panneau ainsi formé peut être légèrement plus petit que le carton, au moment d'assembler il sera un peu tendu ce qui n'est pas plus mal. En revanche il ne doit pas être trop grand sinon tout sera mou et le rendu ...hasardeux dirons-nous!

Une fois la première face terminée on attaque le verso, deux options:

-soit en piquant les mailles dans le premier rang(ou le dernier)
-soit en refaisant le même panneau que précédemment.

Comme je suis une feignasse de première en matière de couture, je préfère continuer le même panneau (et hop une couture en moins!) mais on peut privilégier la symétrie...


Dans tous les cas pensez à vos choix de couleurs: un côté est l'intérieur de la roulotte, l'autre l'extérieur...
Attention aussi si votre fenêtre n'est pas pile au centre du panneau, il faudra penser à bien répartir les couleurs selon leur emplacement...

Là on peut faire l'encadrement de la fenêtre:


Il suffit de faire un rang de mailles serrées sur le bord du trou.

Dans la foulée on fait un croisillon (pour mimer les vitres) avec deux chainettes au centre (j'utilise l'extrémité du fil vert pour éviter un nœud difficile à cacher) sur un seul des deux côtés (deux croisillons font très épais)




Une fois tout ça terminé, il ne reste plus qu'à coudre la bête sur son carton:


On commence par épingler les coins sur le carton afin de bien répartir la tension du panneau puis on coud en mettant bien les mailles en face l'une de l'autre.
Ne pas oublier de coudre aussi les bords des deux fenêtres.

Ayé? Z'avez votre côté fini?
Ça tombe bien: y'a pu qu'à en faire un autre!

Une fois les côtés faits, on peut attaquer sur le même principe les pignons.
La pente est crée en augmentant d'une maille à chaque rang (côté toiture) jusqu'au milieu du pignon et en diminuant d'autant sur l'autre pente.

note: cela ne marche que si votre pente est à 45°, sinon il faudra adapter à votre propre pente...

Sur le même principe, on recouvre la porte et on la coud à un des côtés de l'ouverture du pignon:


Le sol de la roulotte se fait tout pareil (crochet, couture)

Pour la toiture, on fait un grand panneau qui peut recouvrir les deux pans en une fois (ainsi on peut plier le toit sans problème).
L'intérieur du toit se fait en partant du centre du panneau: on repique les mailles pour faire deux demi panneaux:





 On obtient un livre à deux feuilles!

Pour enfermer le carton, je crochète le bord avec des mailles serrées en prenant les deux épaisseurs ensemble (la rouge et l'orange):


C'est la base de la frise décorative du toit:


Ma frise est faite ainsi:
[maille serrée, demi-bride, bride, picot (2ch maille glissée dans la tête de la bride) demi-bride, maille serrée, maille glissée] cette séquence est à répéter sur tout le tour.
Pile à la pliure du toit, je fait une bride sur trois mailles (soit une grosse diminution) cela contraint le toit et le fait plier.


Arrivé ici, on doit être l'heureux propriétaire de morceaux de roulotte de toutes les couleurs (façon meuble suédois en kit)


Profitons que l'on a encore de la place pour les mains et mettons de petits détails:


Une vierge (je ne suis pas superstitieuse mais sait-on jamais...) et son cadre, une banquette/lit ou une étagère:


Si vous voulez plus (ou moins) d’accessoires à vous de voir.

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, la suite au prochain épisode!

A+