mardi 27 septembre 2016

La panne

Ça commence mal aujourd'hui: après avoir fait de petits bruits tout bizarres, mon PC a refusé de bouter proprement.
Ce n'est qu'après 35000 (au moins) tentatives de démarrage que je peux écrire quelque chose.
Pendant ce temps j'ai pu constater que l'appli Blogger est effectivement une des plus naze de tout l'univers (je fais dans le sobre aujourd'hui!)...

J'ai bien cru que je ne pourrai pas vous montrer ce sur quoi j'ai bossé comme une perdue depuis un certain temps! [à savoir des sacs]

En préambule il faut que je vous raconte l'histoire:

Il y a quelques semaines de cela, une brocanteuse parisienne a déboulé à la boutique.
Elle cherchait de la marchandise.
Elle est sympa, on piapiate gaiement et puis c'est tout: un sympathique moment.
En fait elle revient quelques jours plus tard avec des textiles anciens: mes sacs lui plaisent, elle en veut, non pas un, non pas deux mais bien TROIS!

Ainsi je lui fait les deux premiers.
Des classiques, à base de canevas:


ou de housse de coussin:


La routine quoi!

C'est le troisième qui était un véritable challenge:
Une broderie rosicrucienne du XIXème siècle, de la toile militaire et des franges d'ameublement en argent.
Ça ressemble à un inventaire surréaliste (manque juste les noix de cajou et l'échelle de peintre...) mais ce sont les matières premières qu'elle avait apporté pour ce sac.

Je ne vous parlerais pas de mes angoisses existentielles face à la fragilité de la broderie ou de mes callosités aux doigts à force de coudre à la main des matériaux récalcitrants (dit-elle en le faisant quand même...) mais je peux vous le montrer (le sac):

Tadaaaa!
J'en ai profité pour caser plein de petits détails:

des pompons qui ne servent à rien
une médaille pieuse
un "camée" rose pour rappeler les rose-croix
Bien entendu l'intérieur est équipé de poches qui ferment, d'autres qui ne ferment pas et d'une séparation pour bien retrouver ses petites affaires dans ce grrrand sac!
Je n'ai pas mis autant de franges que ce qui était envisagé au départ à cause du poids (c'est lourd le fil d'argent!)

Ce matin ma cliente était de retour pour prendre son dernier sac, son grand sourire en le voyant me laisse croire qu'il lui plait!

Si vous voulez en savoir plus sur les rose-croix: c'est par là!
Si vous voulez vous payer une petite visite à St Ouen: c'est par là!

Voilà, j'ai enfin (malgré la mauvaise volonté manifeste de mon matériel) pu finir de rédiger ce f%?§£ billet!!!

Profitez bien de ce beau temps qui ne nous quitte pas (je pars soigner ma cheville tordue)

A+

mercredi 21 septembre 2016

Vous êtes mon seul espoir...

Pas de panique ceci n'est pas un appel à l'aide!

Non, plutôt l'illustration d'une scène mythique de Star wars.
Souvenez-vous (je vous parle d'un temps etc...) quand Leïa enregistre un message à l'adresse d'Obi Wan alors que son vaisseau est envahi par Dark Vador et ses troupes.

C'est dans une coursive de son vaisseau, juste avant de l'expulser dans une navette de secours qu'elle demande l'aide du dernier jedi connu par le biais de D2R2.
L'enregistrement holographique découvert par Luke est bloqué sur une phrase: "Obi Wan Kenobi, vous êtes mon seul espoir"

Cette scène m'a toujours plu et ce depuis la première vision.
C'est l'apparition d'une héroïne intrépide et séduisante, tout ce qu'une petite fille comme moi (à l'époque) rêvait d'être.

Ayant un deuxième globe sous la main, c'est donc cet épisode que j'ai crocheté:



Dans le film on la voit sous cet angle:



Mais par la grâce de la 3D (analogique!) on peut voir le reste, comme ça:



Ou bien:


Ce nouveau globe mesure la même taille que celui d'Alice (qui a trouvé une propriétaire) soit 15cm de haut pour 10cm de diamètre (autrement dit D2 culmine à 5cm).
Du coup il est vendu au même prix: 55€ (hors frais de port)

Je suis ravie de l'avoir achevé, il rassemblait pas mal de défis technique pour moi (merci D2R2!).

Juste pour l'anecdote, les petits éléments bizarres sont des morceaux de la pendule et le sol est une plaque d'alu provenant d'échantillons de pièces détachées pour la Hi-Fi (pour les plus jeunes c'était tout ce qui concernait l'écoute de la musique: platine, enceintes, amplis... qui a été remplacé par le MP3!)
Ces échantillons proviennent de l'entreprise de mon grand-père paternel (qui en faisait de l'import-export)

Autant dire que, en plus d'être de l'up-cycling de folie, c'est un morceau d'histoire de la technologie!!!

Je vous laisse, j'ai quelques sacs en cours d'achèvement...


A+

mardi 30 août 2016

Un côté vous fera grandir

C'est bien après l'ensemble de la blogosphère que je m'enthousiasme pour la mise sous cloche.
Je connaissais les cloches à salade, les cloches de mariées, les cloches infréquentables... mais les autres?

Dans l'esprit des cabinets de curiosités, mettons à l'abri de la poussière les objets les plus improbables: coquillages, crustacés ou échelle de peintre.

Pour ma part j'ai choisi un morceau d'histoire, un indice:



Une chenille et une petite blonde, ça vous dit quelque chose?


Joies de la cloche, avec les reflets on ne voit pas grand-chose (dans la vraie-vie si, mais pas en photo-nulle) mais je pense que vous comprenez.
Oui oui, c'est Alice face à la chenille fumeuse!

Sans sa protection elle est comme ceci:


Le champignon, la chenille (avec son narguilé) et Alice: Tout y est!


A l'arrière, quelques détails parce que ce type d'objet se regarde sous tous les angles:


Comme tout le monde, j'ai utilisé une pendule kitsch sous cloche pour support.
Comme tout le monde, j'ai sabré la pendule.
Comme pas tout le monde, j'ai fait tout ce petit monde au crochet d'1mm.

Pour info l'ensemble fait 15cm de haut pour 10cm de diamètre et la cloche est en plastique (parce que la seule en verre que j'aie trouvée cet été était bien trop chère pour que je l'achète)

Oh joie oh bonheur, elle est disponible à la boutique au prix de 55€ (par correspondance les frais de ports sont en sus, mais pas le paquet cadeau!)


J'ai toujours un tableau de maitre en préparation mais il n'est pas sorti de mon cerveau...

ps: Le titre est une citation de la chenille à propos de son champignon: "un côté vous fera grandir et l'autre vous fera rapetisser".
pps: Ça ne fait tiquer personne un conte pour enfant présentant un insecte drogué? Tout fout l'camp ma pov' dame!

A+

mardi 23 août 2016

Bague monster: le tuto

A la demande générale (enfin...dans le cadre familial) je vous propose le tuto de la bague que je vous avais montré l'autre jour (là).

Edit du 24/08/16: Si les photos vous semblent étranges, pas de panique: J'ai oublié de les retourner!!! Ce que vous voyez est donc du travail de gauchère (bienvenue dans mon monde...) par contre les explications écrites sont parfaitement valides quelle que soit votre latéralité (pfff on a pas idée, être droitière quel exotisme!)


Temps de réalisation:
moins d'une heure (en comptant le choix des fournitures)

Ingrédients:
- crochet 1mm
- fil de coton (ici du Puppets n°12) de la couleur de votre choix
- yeux (les miens font 1,3cm et sortent de chez Hema)
- aiguille à tapisserie fine






Making-of:
1 On commence avec un anneau magique dans lequel on crochète 6 mailles serrées.



2 Le travail se fait en spirale, sans fermer les rangs (comme pour un amigurumi) tout en mailles serrées
A chaque rang on augmente de 6ms (rang 1: 6, rang 2: 12, rang 3: 18 etc...)
On arrête quand le disque fait le même diamètre que l’œil ( pour le mien c'est trois rangs et donc 18 mailles à la fin)



3 Le rang suivant se fait sans augmentation mais en piquant le crochet dans la boucle arrière de la maille (on crée ainsi une arête nette)
Logiquement la hauteur de ce rang suffit pour bien enserrer l’œil (sinon il faudra ajouter un rang)



4 Rang de diminutions: on diminue de 6 mailles pour coincer l’œil en place.
Pour plus de facilité je ne mets la capsule dans l'ouvrage qu'après avoir fait un demi rang.
Attention: la capsule est souple et peut marquer si on l'écrase (avec les doigts comme avec le crochet) et pourtant il faut travailler le plus serré possible au risque de voir l’œil tomber plus tard (ce qui serait horrifique)
Pas la peine de faire un nœud, on coupe le fil en laissant un bon bout pour l'assemblage.


Ouééé! Un œil de fait! Bon ben on en fait un second...sans fil d'assemblage (celui là on le range gentiment à l'intérieur)


5 On coud les deux yeux ensemble avec une couture qui passe en haut et en bas pour plus de solidité.



6 Le nez:
Toujours sur un anneau magique, on crochète 6 ms.
On double les 6 mailles (soit 12ms au total, j'en vois qui ne suivent pas!)
Suivant la longueur voulue pour le nez on fait un rang supplémentaire ou plus... ou moins...
Pour obtenir une forme de goutte on fait deux rangs avec 3 diminutions réparties également (rang 1: 9ms, rang 2: 6ms)
On coupe le fil (pas à ras hein!) en on le passe dans les mailles pour fermer (on tire!)
On coud le nez entre les deux yeux (la hauteur où on le place joue sur l'expression de la bestiole)



7 On attaque l'anneau de la bague:
Sur une chainette de x mailles (suivant la taille du doigt, j'en ai fait de 15, 20, 23, 25 mailles) on crochète en mailles serrées à partir de la deuxième boucle en partant du crochet.



8 L'anneau part two:
A la fin de la chainette on fait deux mailles en l'air et on reprend en mailles serrées sur l'autre côté de la chainette (qui du coup se retrouve au milieu du ruban crée)



9 Avec les extrémités de fil on coud l'anneau après les yeux.


Logiquement, à ce stade, vous êtes maintenant en possession d'une bague monster.
Si vous vous retrouvez avec une marmite de bœuf bourguignon c'est que vous avez zappé sur un blog cuisine...


Dans ma famille ça donne ça:


La forme du nez, le choix des capsules (identiques ou pas) la couleur du fil, tout contribue à l'expression de la chose: Soyez créatifs!

Si jamais vous en faites une, tenez moi ou courant: Je serai ravie de voir vos propres bestioles!
ps: Ce serait top-moumoute si par ailleurs vous mentionniez mon nom en cas de publication...

Pendant ce temps, je me prépare mentalement à affronter la canicule qui approche...

A+

mardi 16 août 2016

Connectée

Bon ben voilà, il fallait que je fasse mon coming out: Je suis connectée!
Elle yoyotte la pov' fille vous dites vous, bien sûr qu'elle est connectée: elle blogue!

Oui mais jusqu'à présent c'était depuis mon bon vieux PC, au frais dans mon atelier.
Et puis j'ai paumé mon bête-phone (l'ancêtre du smart phone)
J'ai passé quelques semaines sans téléphone et tout allait bien (peut-être parce qu'on a une couverture toute relative par chez moi...)
Pôpa le Grand trouvant que cette absence de technologie chez sa cadette de fille était absolument insupportable, m'en commande un nouveau derechef.

C'est ainsi que je me retrouve équipée du top de l'inventivité digitale chinoise: un smart phone!!!

Dorénavant de petits bruits résonnent tout au long de la journée dans mon atelier (merci la WiFi, la couverture réseau n'a pas changé par contre...)

Donc, si je voulait, je pourrais très bien bloguer depuis mon tamagochi...si je voulais hein!

Pour contrer toute cette digitalitude il devenait indispensable d'insérer un rien de slow-tech, c'est chose faite:

Une petite housse en presque-laine, crochetée rapidos pour protéger mon nouveau précieux.

[Le premier qui dit que l'expression de ma housse en révèle beaucoup sur mon rapport à l'évolution de la téléphonie...]

Pour vous prouver que ce n'est pas un doudou:

Ouep! Y'a bien un téléphone dedans!!!

Bon je ne ferais toujours pas de selfy (et puis quoi encore!) mais maintenant j'ai des nouvelles de ma Princesse Panda via WhatsApp en direct (et non-pas par le biais des parents) et je peux lui envoyer des commentaires crétins qui ne font pas avancer la marche du monde d'un centimètre!
Idem pour la Lutine Bondissante (qui mange des crêpes en Bretagne avec sa coupine).

Afin de rester élégante jusqu'au bout du fil je me suis fait une bague assortie (presque) à ma housse:

Comme ça je vois et j'entends en même temps!

Je pense que l'on peut désormais me penser en fille augmentée (qu'on se comprenne bien: je ne parle pas de mon tour de taille!)

Pendant ce temps je me liquéfie au fond de mon atelier: Au-delà de 30°C je ne vaux plus mon poids en saindoux...
Bronzez bien (ou pas)

A+

mercredi 10 août 2016

Qui assumeras?

Importable, c'est bien le terme pour mon dernier collier.

Peut-être sur la lancée de mes boucles d'oreilles, j'ai repensé à une série de visages de poupée en tissus qui zone dans mes boites depuis trop longtemps.
C'est typiquement le type d'objet que j'achète sans avoir la moindre idée de ce que je vais en faire.
Le prix doit être abordable et l'objet doit être fécond pour mon petit cerveau gélifié, c'est tout!

Le collier donc:


Crocheté (quelle surprise!) en coton avec quelques perles pour enrichir l'encadrement du visage (sens de la sobriété...)
Le visage dont il est question est en coton imprimé.
Après rembourrage, je l'ai agrémenté d'une chevelure de laine bleue (et violette mais on ne voit pas bien sur la photo).
Pour parfaire la chose, je l'ai décorée de strass, fleurs, rubans ainsi que d'une discrète couronne lamé argent (la sobriété vous dis-je!)

De plus près:


Et porté:


A ce moment vous devez m'imaginer en soutif' (ben ouais, mon t-shirt jaune ça le faisait moyen!) dans ma cour essayant de faire un selfy (un Nikon D200 ça pèse au bout des bras...) tout en prenant un air décontracté...

Le point fort (en dehors de son esthétique) de ce collier c'est son poids: Malgré une taille respectable, il ne pèse pas plus qu'un souffle!
On peux donc être baroque ET confortable!!!

S'il vous tente, il est disponible à la boutique pour 35€, par correspondance les frais de port sont en sus (vous pouvez me contacter par mail, le lien est en haut à droite)

Sur ce je retourne à ma table de travail, un projet me malaxe le cervelet...

A+

mardi 2 août 2016

Je te vois!

Un bijou en forme d'hommage.
C'est une forme étrange pour un bijou (l'hommage).
Mais quand même.

Que je vous présente tout d'abord l'hommagée (mon correcteur orthographique couine mais je persiste, hommagée donc):

Le Petit monde de Pÿr

Une créatrice de bijoux que j'ai découvert il y a quelques années de cela, je ne me souviens plus comment peut-être via un blog (Le sien? Je ne sais plus)
Toujours est-il que j'ai put admirer ses bijoux sur un salon de créatrices indépendantes.
Craquage total (mais vain: mon porte-monnaie était une fois de plus à plat...)

Depuis, je suis son actualité via sa page fb (là).

Pour vous décrire, elle monte des morceaux de poupées en bijoux. On se retrouve avec des mains, des yeux, des bras greffés sur de l'argent: J'adore!

Entre temps elle enrichi sa collection d'autres thèmes (les sparadraps par exemple) tout aussi intrigants mais sympas.

Pour revenir à l'hommage, il y a quelques années j'avais acheté à un collègue une série d'yeux articulés avec la ferme intention d'en faire quelque chose.
Les années filent, les yeux restent sagement dans leur petite boite.
Je me décide enfin à agir (c'est pas trop tôt!)

Voici donc mes boucles d'oreilles inspirées par Pÿr (mais avec du crochet)


De profil on voit mieux les cils:


Portées, elles font ça:


En cas de garde d'enfants on peut porter les yeux vers l'arrière, ça permet de les surveiller le dos tourné!
Le Prince des écureuils verrait bien une version Google eyes, pour rester connecté en beauté.
Sa sœur les trouve un peu inquiétantes à la réflexion.

Moi je me retrouve avec quat'zieu.

Bientôt un autre bijou bizarre...
(mais je ne lâche pas l'idée du tableau)

A+